Festival de Cannes 2017: notre dossier !

Festival de Cannes 2017: notre dossier !

La sélection de la 70e édition du Festival de Cannes vient d'être dévoilée ! Gros plan détaillé sur les films retenus...

  • Festival de Cannes 2017: notre dossier !
  • Festival de Cannes 2017: notre dossier !

COMPETITION

18 longs métrages ont été retenus en compétition, en attendant quelques futurs ajouts ces prochains jours. Cette compétition, comme l'an passé, est stellaire et aligne les beaux noms qui ont patiemment attendu la rampe de lancement cannoise. Parmi les grands cinéastes attendus, Michael Haneke est sélectionné pour la 7e fois en compétition avec Happy End. Ce long métrage avec Jean-Louis Trintignant et Isabelle Huppert raconte le quotidien d'une famille bourgeoise dans la tourmente européenne. Haneke a enchainé deux Palmes d'or consécutives avec Le Ruban blanc et Amour et pourrait devenir le détenteur du record de Palme s'il en ajoutait une à son palmarès. Le Grec Yorgos Lanthimos revient en compétition après The Lobster pour un nouveau film, intitulé The Killing of a Sacred Deer. Nicole Kidman et Colin Farrell jouent dans ce long métrage qui raconte l'histoire d'un psy prenant sous son aile un jeune adolescent qui va peut à peu perturber le quotidien de sa famille. L'Ukrainien Sergei Loznitsa revient pour la 5e fois en officielle (et la 3e fois en compétition) avec A Gentle Creature, une adaptation de Dostoïevski sur le parcours d'une femme partie à la recherche de son mari emprisonné. Son voisin russe Andrei Zvyagintsev apparaît pour la 4e fois en officielle avec Loveless, qui s'attache à un couple en instance de divorce et à la recherche de leur fils disparu. Autre Européen de l'est habitué à la sélection, le Hongrois Kornel Mundruczo qui présente Jupiter's Moon, sur un réfugié qui tente de pénétrer sur le territoire hongrois et qui a le pouvoir de léviter. L’Écossaise Lynne Ramsay revient en compétition avec You Were Never Really Here, un thriller sur un vétéran de guerre pris dans une spirale de violence et interprété par Joaquin Phoenix. Dernier nom européen de cette liste (hors France), l'Allemand Fatih Akin effectue un retour en compétition qu'on n'attendait plus vraiment avec In the Fade, un film de vengeance dans lequel joue Diane Kruger.

Côté États-Unis, quatre candidats ont été retenus. Sofia Coppola est sélectionnée pour la seconde fois en compétition, 11 ans après Marie-Antoinette, avec Les Proies. Nouvelle adaptation du roman The Beguiled de Thomas P. Cullinan, déjà porté à l'écran par Don Siegel en 1971, ce film raconte l'histoire d'un soldat nordiste blessé et secouru dans un pensionnat sudiste pour jeunes filles. Au casting (royal): Nicole Kidman, Kirsten Dunst, Elle Fanning et Colin Farrell. Todd Haynes revient en compétition après Carol et Velvet Goldmine avec Wonderstruck, qui raconte l'histoire de deux enfants sourds et mystérieusement connectés l'un à l'autre, à 50 ans de différence. Au casting (adulte): Julianne Moore et Michelle Williams. Deux nouveaux venus sont invités cette année: Noah Baumbach avec The Meyerowitz Stories (une réunion de famille au cast all-star: Dustin Hoffman, Ben Stiller, Emma Thompson) et Good Time des frères Safdie, sur un braqueur de banque qui tente par tous les moyens de s'échapper du piège qui lui est tendu - la présence de Robert Pattinson au casting de celui-ci n'est probablement pas étrangère à la "promotion" des jeunes rois du mumblecore.

L'Asie, comme d'habitude, se contente de ses quelques strapontins annuels. Le Coréen Hong Sang-Soo présente l'un de ses nombreux films tournés l'an passé, The Day After, long métrage en noir & blanc au pitch encore inconnu. La Japonaise Naomi Kawase figure pour la 5e fois en compétition avec Hikari, sur la rencontre entre un cameraman qui souffre d'un trouble de la vue et une jeune fille déconnectée de la réalité. Le Coréen Bong Joon-Ho est sélectionné pour la première fois (!) en compétition avec Okja, un film fantastique dans lequel une jeune femme coréenne tente de sauver une créature enlevée par une multinationale.

Une bonne partie du cinéma français frappe chaque année à la porte cannoise, et quatre films ont été retenus. Michel Hazanavicius revient après le succès de The Artist et le désastre de The Search avec Le Redoutable, un film avec Louis Garrel dans la peau de Jean-Luc Godard. François Ozon revient en compétition avec L'Amant double, un thriller érotique avec Marine Vacth et Jeremie Renier sur une femme qui tombe amoureuse de son psy, s'installe avec lui et découvre qu'il lui a caché une partie de son identité. Jacques Doillon réalise Rodin, un biopic consacré à l'artiste qui sera interprété par Vincent Lindon. Doillon n'avait plus été en compétition depuis les années 80. Enfin, un nouveau nom en compétition: attendu à la Berlinale, 120 battements par minute de Robin Campillo (Eastern Boys) raconte les débuts d'Act Up à la veille des années 90.

Voilà pour le moment une compétition appétissante, composée de grands noms du cinéma d'auteur contemporain - mais qui, sempiternellement, pose tout même la question du renouvellement. Il n'y a que 4 films sur 18 qui sont signés par des réalisateurs jamais venus en compétition, parmi lesquels on compte des cinéastes déjà connus voire très établis tels que Noah Baumbach ou Bong Joon-Ho (pour ce dernier, on se demande surtout comment il a pu ne pas être sélectionné en compétition avant 2017 - tourner un film avec des stars américaines accélère t-il le processus ?). Un tel rejet de la découverte reste dommageable pour un festival aussi important que Cannes, qui donne le ton des sorties ciné événementielles à venir. De la même manière, l'absence totale et répétée de curiosité en ce qui concerne l'Asie questionne - les nouveaux cinéastes qu'on découvre chaque année ailleurs s'arrêtent-ils tous de tourner pendant le processus de sélection cannoise ? Sur le papier, la sélection est absolument superbe, mais on a aussi le sentiment que Cannes hérite de "ses" auteurs et qu'il n'y a pas vraiment de travail de sélectionneur derrière.

UN CERTAIN REGARD

Les découvertes seront-elles au rendez-vous d'Un Certain Regard ? La sélection 2016 maigrissime en nouveaux talents mais remplie de cinéastes "dans les cases" (le film de loser magnifique finlandais en noir et blanc, le thriller américain super-standard, le film politique du Moyen-Orient sec comme une brique, le Roumain très roumain, le Français terne, le faux-radical Latino-Américain, le Kore-Eda en Kore-Eda light, etc) invite à la précaution.

Parmi les gros noms cette année, on note Kiyoshi Kurosawa, à qui décidément la compétition ne veut pas tendre les bras. Il signe avec Before We Vanish un thriller SF sur une femme dont le mari disparaît, réapparaît, mais semble être devenu quelqu'un d'autre. Le Mexicain Michel Franco, cinéaste-choc mexicain comme Thierry Frémaux les apprécie, signe April's Daughter, sur une relation entre une mère et sa jeune fille enceinte. Laurent Cantet, Palme d'or (un peu oubliée) pour Entre les murs, rétrograde à Un Certain Regard avec L'Atelier, sur le quotidien de quelques jeunes en réinsertion dans un atelier d'écriture. Mathieu Amalric fera l'ouverture d'Un Certain Regard avec Barbara, sur un metteur en scène qui veut faire un film sur la chanteuse Barbara... Amalric joue également dans ce film, tout comme Jeanne Balibar. L’acteur et réalisateur italien Sergio Castellitto dirige Jasmine Trinca et Hanna Schygulla dans Fortunata, l’histoire d’une mère au mariage raté dont le rêve est d’ouvrir un salon de coiffure. L’Iranien Mohammad Rasoulof, primé à Cannes pour Au revoir, revient avec Lerd, dont le pitch est encore inconnu.

Sept premiers films ont été sélectionnés dans cette section laboratoire. La Fiancée du désert des Argentine Cecilia Atan & Valeria Pivato raconte le road trip d'une quinquagénaire (incarnée par l'excellente Paulina Garcia), qui a travaillé pour une famille pendant des années jusqu'à ce que celle-ci ne déménage. La Française Leonor Serraille dirige Laetitia Dosch dans Jeune femme, qui raconte l'histoire d'une jeune femme suivant son compagnon à Paris avant de se noyer dans la vie parisienne. L'Américain Taylor Sheridan, scénariste de Sicario et Comancheria, réalise Wind River, un thriller enneigé découvert à Sundance et qui met en scène Elizabeth Olsen et Jeremy Renner. L’Italienne Annarita Zambrano raconte, dans Après la guerre, les conséquences de l’assassinat terroriste d’un juge. L’Algérien Karim Moussaoui signe, avec En attendant les hirondelles, un drame sur l’Algérie d’aujourd’hui à travers trois récits mêlés. Out du Slovaque Gyorgy Kristof, issu de la Cinéfondation, est centré sur un quinquagénaire qui, après avoir perdu son emploi, décide de poursuivre ses rêves. Enfin, côté premiers films, les détails sont encore rares sur Tesnota, réalisé par le tout jeune Russe Kantemir Balagov, élève d’Alexandre Sokourov.

Trois noms complètent cette sélection Un Certain Regard qui devrait elle aussi être complétée : l’Allemande Valeska Grisebach (dont le film Western est produit par Maren Ade et est centré sur des ouvriers allemands travaillant sur un site de construction bulgare, un territoire étranger pour eux), la Tunisienne Kaouther Ben Hania (dont le film La Belle et la meute raconte l’histoire d’une femme qui va devoir lutter pour ses droits et sa dignité) et enfin le Bulgare Stephan Komandarev (dont le film Posoki est une livre adaptation de Tchekhov sur les destins croisés de plusieurs taxis).

HORS COMPÉTITION / SÉANCES SPÉCIALES

Le festival s’ouvrira par une vieille connaissance de Cannes avec la projection des Fantômes d’Ismaël d’Arnaud Desplechin, annoncé hors compétition. C’est la 7e venue du réalisateur en officielle (pour 5 en compétition – Fellini, cité par Frémaux parmi les grands cinéastes du passé qui étaient déjà des « abonnés », est venu 4 fois en tout et pour tout sur sa carrière entière). Les Fantômes d’Ismaël raconte la vie chamboulée d’un cinéaste quand un ancien amour réapparaît dans sa vie. A l’affiche : Mathieu Amalric, Marion Cotillard et Charlotte Gainsbourg.

Du côté des événements hors compétition, citons le film de SF How to Talk to Girls at Parties de John Cameron Mitchell, avec Nicole Kidman et Elle Fanning. Ce film raconte, dans les années 70, l’histoire d’un jeune punk qui, accompagné de ses amis, se faufile à une fête où ils rencontrent des filles qui semblent venir d'un autre monde. Dans un autre style, Agnès Varda et JR ont collaboré sur Visages, villages, un documentaire tourné à la rencontre des Français. Takashi Miike est toujours dans les petits papiers cannois et revient avec Blade of the Immortal, un chanbara adapté d’un manga. La séance de minuit, régulièrement dévolue au cinéma de genre coréen ces dernières années, accueillera The Villainess de Jung Byung-Gil (réalisateur du jubilatoire Confession of Murder) sur une tueuse qui mène une double vie et The Merciless de Byun Sung-Hyun, un film noir en prison. Également en séance de minuit : Prayer Before Dawn de Jean-Stéphane Sauvaire, un thriller qui lui aussi se déroule en prison et met en scène Charlie Hunnam.

Parmi les séances spéciales notables, citons le projet alternatif La Caméra de Claire que le Coréen Hong Sang-Soo a tourné l’an passé à Cannes avec Isabelle Huppert, l’intégrale de la saison 2 de Top of the Lake de Jane Campion (après le passage de la saison 1 à la Berlinale en 2013), un aperçu de deux épisodes du retour de la cultissime série Twin Peaks de David Lynch, un hommage posthume à l’Iranien Abbas Kiarostami avec 24 Frames, une séance expérimentale avec le projet Carne y arena d’Alejandro Gonzalez Inarritu ou encore les nouveau documentaires de Al Gore, Raymond Depardon et Claude Lanzmann.

La sélection sera bientôt complétée par quelques titres. Les sélections de la Quinzaine des Réalisateurs et de la Semaine de la Critique seront dévoilées dans quelques jours.

Ouverture
Les Fantômes d'Ismaël, Arnaud Desplechin - hors compétition

Compétition
In the Fade, Fatih Akin
The Meyerowitz Stories, Noah Baumbach
Okja, Bong Joon-Ho
120 battements par minute, Robin Campillo
Les Proies, Sofia Coppola
Rodin, Jacques Doillon
Happy End, Michael Haneke
Wonderstruck, Todd Haynes
Le Redoutable, Michel Hazanavicius
The Day After, Hong Sang-Soo
Hikari, Naomi Kawase
The Killing of a Sacred Deer, Yorgos Lanthimos
A Gentle Creature, Sergei Loznitsa
Jupiter's Moon, Kornel Mundruczo
L'Amant double, François Ozon
You Were Never Really Here, Lynne Ramsay
Good Time, Benny & Josh Safdie
Loveless, Andrei Zvyagintsev

Un Certain Regard
Barbara, Mathieu Amalric
La Fiancée du désert, Cecilia Atan & Valeria Pivato
Tesnota, Kantemir Balagov
Beauty and the Dogs, Kaouther Ben Hania
L'Atelier, Laurent Cantet
Fortunata, Sergio Castellitto
Les Filles d'avril, Michel Franco
Western, Valeska Grisebach
Posoki, Stephan Komandarev
Out, Gyorgy Kristof
Before We Vanish, Kiyoshi Kurosawa
En attendant les hirondelles, Karim Moussaoui
Lerd, Mohammad Rasoulof
Jeune femme, Leonor Serraille
Wind River, Taylor Sheridan
Après la guerre, Annarita Zambrano

Hors compétition
Blade of the Immortal, Takashi Miike
How to Talk to Girls at Parties, John Cameron Mitchell
Visages, villages, Agnès Varda & JR

Séances de minuit
The Villainess, Jung Byung-Gil
The Merciless, Byun Sung-Hyun
Prayer Before Dawn, Jean-Stéphane Sauvaire

Séances spéciales
Carne y arena, Alejandro Gonzalez Inarritu
Top of the Lake, Jane Campion (série télévisée, intégrale)
24 Frames, Abbas Kiarostami
Twin Peaks, David Lynch (série télévisée, 2 épisodes)
An Unconvenient Sequel, Al Gore
12 jours, Raymond Depardon
They Anahita Ghazvinizadeh
La Caméra de Claire, Hong Sang-Soo
Promised Land, Eugene Jarecki
Napalm, Claude Lanzmann
Sea Sorrow, Vanessa Redgrave
Demons in Paradise, Jude Ratman

Et pour ne rien manquer de nos news, dossiers, critiques et entretiens, rejoignez-nous sur Facebook et Twitter !

par Nicolas Bardot

Commentaires

Partenaires