Festival de Gérardmer: Mutafukaz

Festival de Gérardmer: Mutafukaz
Envoyer à un ami Imprimer la page Accéder au forum Notez ce film
Mutafukaz
France, 2017
De Shoujirou Nishimi, Guillaume Renard
Durée : 1h30
Sortie : 23/05/2018
Note FilmDeCulte : **----
  • Festival de Gérardmer: Mutafukaz
  • Festival de Gérardmer: Mutafukaz

À la suite d’un accident de scooter provoqué par la vision d’une mystérieuse inconnue, Angelino, un bon à rien comme il y en a des milliers à Dark Meat City, une sordide mégapole de la côte Ouest, commence à avoir de violentes migraines accompagnées d’étranges hallucinations. Avec son fidèle ami Vinz, il tente de découvrir ce qui lui arrive, alors que de menaçants hommes en noir semblent bien déterminés à lui mettre la main dessus...

MUTAFOUTAGE DE GUEULE

Mutafukaz c’est une bande dessinée française ultra-culte publiée entre 2006 et 2015 dans laquelle son auteur Guillaume Renard, sous le pseudonyme de Run, mixe de multiples références populaires alliant la culture hip-hop à la série Z, sans oublier de faire un petit détour par la science-fiction, le catch mexicain et le tout saupoudré de GTA. On ne pensait pas trop se tromper en prédisant que l’adaptation cinématographique poursuivrait dans cette voie en nous donnant notre dose de plaisir geek. Pourtant une bonne idée sur le papier ne donne pas toujours le résultat escompté et il est assez édifiant de constater que le dynamisme propre aux cases de la bd de Run est désespérément absent de l’adaptation animée, la faute certainement à un évident manque de budget qui inscrit le film dans une mouvance de l’animation indépendante qui était assez jouissive il y a quelque années, mais qui semble déjà périmée aujourd’hui. Dommage car on pouvait espérer mieux de la part des Japonais de Studio 4C (qui coproduit le film avec le studio français Ankama Animations) qui nous avait ravis il y a quelques années avec leur adaptation du manga Amer Béton ou l’aussi génial que recommandable Mindgame.

Peut être que le format n’était pas le bon et que le film aurait gagné à être plutôt développé en série, tant en l’état tout tombe systématiquement à plat, la partouze d’influences faisant l’intérêt du ride dessiné par Run ne trouvant jamais son rythme, peu aidé par le doublage paresseux des compères Gringe et Orelsan, ce dernier se contentant de réitérer à la virgule prêt son travail sur la version française du manga One Punch Man. C’est bien simple, le rappeur ultra-hype à l’air de bien se faire chier et est souvent à côté de la plaque. De cet échec, on sauvera à peine la musique de Toxic Avenger, primé au festival, et on enterrera la hache de guerre avec Run en lui conseillant de tout de même à réitérer cette initiative d’animation française hors des gros studios, peut être avec une adaptation de son autre anthologie grindhouse, Doggy Bag, à l’aura moins grande que Mutafukaz, mais qui à nos yeux se prêterait plus à l’exercice.

Clément Gerardo

par Palpix

Commentaires

Partenaires