Festival du Film Fantastique de Neuchâtel: Hérédité

Festival du Film Fantastique de Neuchâtel: Hérédité
Envoyer à un ami Imprimer la page Accéder au forum Notez ce film
Hérédité
Hereditary
États-Unis, 2018
De Ari Aster
Avec : Gabriel Byrne, Toni Collette
Durée : 2h06
Sortie : 13/06/2018
Note FilmDeCulte : *****-
  • Festival du Film Fantastique de Neuchâtel: Hérédité
  • Festival du Film Fantastique de Neuchâtel: Hérédité

Lorsque Ellen, matriarche de la famille Graham, décède, sa famille découvre des secrets de plus en plus terrifiants sur sa lignée. Une hérédité sinistre à laquelle il semble impossible d’échapper.

MISE A MORT DE LA FAMILLE SACRÉE

On a souvent entendu dire que l’horreur était outre-Atlantique un genre moribond ces dernières années – encore fallait-il, à l’ombre des suites et reboots, aller chercher du côté des talentueuses tentatives de mini-indés comme Ti West ou Lucky McKee. Mais qui penserait encore à affirmer cela lorsque bon nombre des principales révélations récentes du cinéma américain, de Robert Eggers (The Witch) à David Robert Mitchell (It Follows) en passant par l’oscarisé Jordan Peele (Get Out), viennent précisément du cinéma horrifique ? Hérédité, accompagné d’un buzz en or depuis sa présentation à Sundance, confirme cette tendance puisqu’il s’agit – et on se pince parfois pour le croire – de la première réalisation de Ari Aster.

Comme de nombreux films d’horreur, Hérédité gagne à être découvert sans qu’on ne sache quoi que ce soit sur l’intrigue – a fortiori quand il s’agit ici d’un récit aussi libre et aussi fou. On ne spoilera donc pas, mais il est de toute façon difficile de cercler avec précision un film aussi atypique qui semble rentrer dans différentes cases de sous-genres horrifiques tout en n’appartenant pleinement à aucune d’entre elles. D’abord film d’attente et d’atmosphère, Hérédité appuie et force jusqu’à ce que la roue se voile et que le long métrage bascule dans le grimaçant cauchemar grotesque. A ce jeu, une Toni Collette on fire ferait passer l’interprétation de Shelley Duvall dans Shining pour une prestation tout en retenue.

Hérédité s’ouvre par un plan qui laisse penser que cette histoire familiale pourrait se dérouler dans une charmante maison de poupées. Ce n’est qu’un des nombreux faux-semblants du film – en premier lieu parce que ces maisons de poupées n’ont rien de charmant et sont l’œuvre d’une plasticienne aux reproductions tourmentées. Hérédité – la clef est dans le titre. A l’image des films de Yorgos Lanthimos, Hérédité observe ce cocon familial censé être protecteur puisque c’est inné – c’est dans le sang. Mais si l’on y croit encore, on sait, à l’image des mythes antiques, qu’il s’agit d’un leurre, et que la cellule familiale peut être l’essence-même du monstrueux. C’est à ce spectacle fou auquel nous sommes ici conviés, visuellement très convaincant et narrativement extrêmement imaginatif : Hérédité est excitant comme ces films au sujet desquels on a la conviction que leur auteur ne s’est jamais censuré.

Le film parvient en quelques lugubres apparitions à être flippant, mais aussi à être poignant. Il laisse plusieurs fois bouche bée tant son scénario a de la ressource et sait mener sa barque en pleine brume. Hérédité charge, ce pourrait être un défaut, c’est aussi ce qui le fait joyeusement déborder. C’est un cauchemar de garçon, peut-être un peu trop bloqué sur ses figures féminines forcément inquiétantes. Mais c’est cette déraison aussi qui fascine, à l’image du dénouement, grande vision horrifique absolument incroyable.

par Nicolas Bardot

En savoir plus

Hérédité est diffusé cette semaine au Festival du Film Fantastique de Neuchâtel.

Commentaires

Partenaires