L'année cinéma 2016 de Nicolas Bardot

L'année cinéma 2016 de Nicolas Bardot

Une envoûtante et vénéneuse rêverie (The Neon Demon), un conte horrifique qui fait battre le cœur jusqu'à rompre (The Witch), un film d'arts martiaux reptilien et fantomatique (The Assassin), un poème filmé où la caméra semble en lévitation (Kaili Blues) : les quatre plus belles expériences de cinéma de l'année ont tout de la séance d'hypnose. C'est d'autant plus excitant que parmi elles se trouvent deux premiers longs métrages. Autres moments forts de l'année : deux films par des réalisatrices qui ont su comme personne nous faire passer du rire aux larmes (Toni Erdmann et L'Avenir), deux films hyper excitants dans deux registres bien différents (le grand huit horrifique The Strangers et la passion amoureuse de Théo et Hugo) ou encore deux actrices qui ont scintillé dans des films hors normes: Cate Blanchett dans Carol et Isabelle Huppert dans Elle - qui fait coup double cette année avec L'Avenir. Comme le dit son personnage avec une nonchalance impériale chez Verhoeven: "Pas mal, hein ?"

  • L'année cinéma 2016 de Nicolas Bardot
  • L'année cinéma 2016 de Nicolas Bardot

MON TOP

1. The Neon Demon, Nicolas Winding Refn
2. The Witch, Robert Eggers
3. The Assassin, Hou Hsiao Hsien
4. Kaili Blues, Bi Gan
5. Toni Erdmann, Maren Ade
6. The Strangers, Na Hong-Jin
7. Elle, Paul Verhoeven
8. Carol, Todd Haynes
9. Théo & Hugo dans le même bateau, Olivier Ducastel et Jacques Martineau
10. L'Avenir, Mia Hansen-Love

COUP DE COEUR : USAGE DE FAUX

« There ain't much real about me but my heart » (« Il n'y a pas grand chose de vrai en moi sauf mon cœur ») : cette citation célèbre de Dolly Parton s'applique à quelques unes des grandes réussites de 2016. Cette année, bon nombre de merveilles cinématographiques ont su prendre leur distance avec le réel pour mieux l'investir. Parlons d'abord d'une exception  : la cote d'amour incroyable de Toni Erdmann prouve que réussir un film réaliste, sans filtre, qui se met à nu, n'est pas si facile. Qui aurait imaginé un tel enthousiasme pour une comédie de 2h40 par une réalisatrice allemande ? Difficile en tout cas après apprécié le subtil talent d'écriture et de mise en scène de Maren Ade d'avaler les superlatifs qui pleuvent sur des drames sociaux ou récits familiaux soi-disant indépendants mais qui semblent aussi fake qu'un faux Vuitton.

Cette année, pour parler de l'obsession malade, nécrophile et pédophile des apparences, de la beauté et de la jeunesse, Nicolas Winding Refn (The Neon Demon) a choisi le conte de fées, de la pluie dorée du générique au scintillement des clochettes de sa bande originale, de la candeur de son héroïne-brebis à la monstruosité de ses ogresses. Pour décrire la folie de l'intégrisme religieux et dépeindre l'émancipation féministe de son héroïne, Robert Eggers (The Witch) retourne 400 ans en arrière, invite les sorcières et fait parler les boucs. Todd Haynes fait vibrer la naissance d'un amour interdit en le lustrant comme un mélo léché à la Sirk – fake, fake, fake mais au cœur plus vrai que partout ailleurs. Le duo Ducastel/Martineau fait de même avec Théo et Hugo dans le même bateau : l'artifice qui transcende un sex-club parisien en bonbonnière à la Pink Narcissus ou l'artifice de la langue avec ses dialogues sur-fignolés sont là pour mieux faire ressentir la grandeur de la passion sexuelle et amoureuse.

Ces déplacements ont proposé les imaginaires de cinéma les plus excitants. Dans un geste voisin, d'autres cinéastes ont privilégié le contre-pied. Un récit en costumes immémorial dans une esthétique ultra-contemporaine (The Assassin de Hou Hsiao-Hsien), un drame familial où il est question de viol transformé en comédie noirissime sur les limites de la morale (Elle de Paul Verhoeven). Pitié, pas de cinéastes qui passent leur temps à nous dire ce qui est bien et ce qui ne l'est pas. Pas de cinéma de gentils et de méchants. Cette distance-là, celle qui permet de mieux voir, on aimerait la retrouver ailleurs qu'au cinéma...

MON TOP INÉDITS

1. Crosscurrent, Yang Chao
2. La Region SalvajeAmat Escalante
3. Life After Life, Zhang Hanyi
4. Ascent, Fiona Tan
5. Destruction Babies, Tetsuya Mariko
6. Brothers, Aslaug Holm
7. Safari, Ulrich Seidl
8. The Lure, Agnieszka Smoczyńska
9. Antiporno, Sono Sion
10. Zero Days, Alex Gibney

MES ATTENTES POUR 2017

1. The Beguiled, Sofia Coppola
2. Hikari, Naomi Kawase
3. How to Talk to Girls at Parties, John Cameron Mitchell
4. Weightless, Terrence Malick
5. La Femme qui est partie, Lav Diaz
6. In the Room, Ulrich Köhler
7. The Killing of a Sacred Deer, Yorgos Lanthimos
8. La Caméra de Claire, Hong Sang-Soo%% 9. Tiger Girl, Jakob Lass%% 10. The Florida Project, Sean Baker

par Nicolas Bardot

Commentaires

Partenaires