Hobbs and Shaw

Hobbs and Shaw
Envoyer à un ami Imprimer la page Accéder au forum Notez ce film
Hobbs and Shaw
États-Unis, 2019
De David Leitch
Scénario : Chris Morgan, Drew Pearce
Avec : Idris Elba, Dwayne "The Rock" Johnson, Helen Mirren, Jason Statham
Photo : Jonathan Sela
Musique : Tyler Bates
Durée : 2h15
Sortie : 07/08/2019
Note FilmDeCulte : ***---
  • Hobbs and Shaw
  • Hobbs and Shaw

Depuis que Hobbs, fidèle agent de sécurité au service diplomatique des Etats-Unis, combatif mais droit, et Shaw, un homme sans foi ni loi, ancien membre de l’élite militaire britannique, se sont affrontés en 2015 dans Fast & Furious 7 ; les deux hommes font tout ce qu’ils peuvent pour se nuire l’un à l’autre. Mais lorsque Brixton, un anarchiste génétiquement modifié, met la main sur une arme de destruction massive après avoir battu le meilleur agent du MI6 qui se trouve être la sœur de Shaw. Les deux ennemis de longue date vont devoir alors faire équipe pour faire tomber le seul adversaire capable de les anéantir.

RÉTROGRADAGE

Peu de licences cinématographiques sont aussi fascinantes que Fast & Furious. D'un remake officieux de Point Break, inspiré d'un article de magazine, la franchise a évolué, refaisant Karaté Kid ou Ocean's Eleven dans le monde des courses automobiles urbaines, voyant des acteurs partir et revenir, sa continuité faire des allers et retours dans le temps et la surenchère des cascades croître au point où l'on se dit que la série va finir par aller dans l'espace. Avant les neuvième et dixième (!) épisodes, prévus pour 2020 et 2021 et censé clore la saga, ainsi qu'une série animée (si si), voici que Fast & Furious a droit à son spin off. Plus ou moins inévitable depuis l'inclusion de l'incomparable Dwayne Johnson dans Fast Five, considéré par beaucoup comme le meilleur chapitre, Hobbs & Shaw naît également de l'alchimie constatée entre l'acteur et Jason Statham sur le précédent épisode ainsi que des brouilles entre Johnson et Vin Diesel, "star" et producteur de la licence. En un sens, c'est pas plus mal. Toutefois, le film perd forcément de sa spécificité.

La saga a su se rebooter à chaque film et même s'il sait parfaitement quel genre de film il est, à savoir un buddy movie/James Beauf mâtiné de SF complètement YOLO, Hobbs & Shaw réussit à décevoir le peu qu'on attendait de lui. La camaraderie entre les deux gros bras est encore là mais l'humour ne passe que dans des saynètes, réalisées comme une shortcom, où le film "s'arrête" pour les laisser se vanner. Jamais cet antagonisme ne s'incarne dans le récit ou même dans l'action. Par ailleurs, si l'on dénote évidemment quelques moments badass et money shots impressionnants, ceux-ci sont perdus dans un découpage souvent confus de l'action dont l'écriture s'avère également assez peu inventive. Difficile de retenir un morceau de bravoure comme vraiment mémorable, exception faite du climax qui, et ce n'est pas un hasard, renoue avec l'essence de ses prédécesseurs avec un concept utilisant des véhicules. Par contre, on aurait pu se passer de l'autre marque de fabrique Fast & Furious, à savoir ce sempiternel discours de plus en plus parodique sur "la famille". Hobbs and Shaw n'est pas déplaisant mais demeure trop long et donc gavant. Peut-être cette nouvelle série saura-t-elle aussi s'améliorer au bout du cinquième tome...

par Robert Hospyan

Commentaires

Partenaires