Au premier regard

Au premier regard
Envoyer à un ami Imprimer la page Accéder au forum Notez ce film
Au premier regard
Hoje Eu Quero Voltar Sozinho
Brésil, 2014
De Daniel Ribeiro
Scénario : Daniel Ribeiro
Durée : 1h36
Sortie : 23/07/2014
Note FilmDeCulte : *****-
  • Au premier regard
  • Au premier regard

C’est la fin de l’été à São Paulo. Leonardo, 15 ans, est aveugle. Il aimerait être plus indépendant, étudier à l’étranger, mais aussi tomber amoureux. Un jour, Gabriel, un nouvel élève, débarque dans sa classe. Les deux adolescents se rapprochent et progressivement, leur amitié semble évoluer vers autre chose. Mais comment Leonardo pourrait-il séduire Gabriel et savoir s’il lui plait puisqu’il ne peut pas le voir ?

SOMETHING IN YOUR EYES

Au premier regard du jeune Brésilien Daniel Ribeiro (lire notre entretien) a fait forte impression à la Berlinale où il a remporté le Teddy Award, assorti du prix Fipresci dans la section Panorama. Le pitch d'Au premier regard suggère un drame poids lourd: un jeune garçon aveugle découvre son homosexualité lorsqu'un nouveau camarade arrive en classe. Brimades, larmes, haine de soi, Au premier regard est-il un nouveau chapitre Homosexualité, ce douloureux problème ? Pas le moins du monde. C'est la première surprise de cet euphorisant premier long métrage: rien n'est dramatique dans Au premier regard. La bienveillance colorée dont fait preuve Ribeiro rappelle l'énergie positive de Beautiful Thing qu'il a regardé quand il avait lui-même 16 ans avec son petit ami de l'époque. Le film parvient à trouver l'équilibre parfait pour être positif sans être ravi de la crèche, doux sans être mièvre. La finesse d'écriture lui permet de ne guère s'embarrasser d'antagoniste et de rendre ses personnages extrêmement attachants.

A l'origine d'Au premier regard, il y a un court métrage dont la trame est voisine et qui a été un grand succès sur le net ou en festival. Visuellement, la version longue est colorée comme une piscine remplie de Smarties tandis que les questionnements de ses personnages plus vieux de quelques années gagnent en profondeur. Oui, tout cela peut paraître inconséquent, comme la pop légère qui passe aux fêtes où l'on danse sur du Belle & Sebastian. Mais Daniel Ribeiro donne à voir un spectacle pas si commun, où l'homosexualité vomie actuellement par les intégristes et arriérés en tous genres n'est jamais un problème, jamais remise en question. A la façon du new new queer cinéma, elle est au centre de l'histoire sans jamais en être l'enjeu premier. Leonardo, aveugle et gay, veut être indépendant, et savoir si Gabriel éprouve des sentiments pour lui. L'histoire est toute simple mais Daniel Ribeiro la raconte avec une fraicheur et une énergie positive totalement enthousiasmantes.

par Nicolas Bardot

Commentaires

Partenaires