Festival des 3 Continents: Les Versets de l'oubli

Festival des 3 Continents: Les Versets de l'oubli
Envoyer à un ami Imprimer la page Accéder au forum Notez ce film
Les Versets de l'oubli
Los versos del olvido
Iran, 2017
De Alireza Khatami
Durée : 1h34
Note FilmDeCulte : ****--
  • Festival des 3 Continents: Les Versets de l'oubli
  • Festival des 3 Continents: Les Versets de l'oubli

2009, un pays d’Amérique du Sud. Un immense cimetière à la périphérie de la ville. Au fin fond de ce cimetière, la morgue des indigents. L’employé des pompes funèbres, bientôt 70 ans, se souvient de chaque détail de sa vie, sauf du nom des gens. Des miliciens débarquent pour se débarrasser des corps de civils tués pendant les manifestations...

LA MAISON PRÈS DU CIMETIÈRE

Les Versets de l'oubli est le premier long métrage d'un jeune cinéaste d'origine iranienne, Alireza Khatami, dont la filmographie est voyageuse. Après des courts tournés en Asie, de Malaisie à Taïwan, celui-ci se déroule au Chili. Et finalement un peu hors du monde, dans un cimetière hanté, avec au loin une ville qui semble vidée de ses habitants. Ces indices contextuels effacés prennent place dans un film qui laisse le plus grand espace possible aux diverses interprétations, allégorie politique comme geste poétique.

Dès le début des Versets de l'oubli, on assiste à une discussion parfaitement absurde... à moins qu'elle ne soit absolument clairvoyante ? Il y a un remarquable sens du mystère dans ce long métrage peuplé d'animaux mystiques échoués sur la plage ou flottant dans le ciel, de mains géantes qui émergent du sable dans le désert, d'autres mains qui surgissent d'une tombe. Les Versets de l'oubli est un film de superbes nuits noires, rempli d'idées visuelles et poétiques. Le cinéaste ne répond guère et finit parfois par faire du surplace, mais sa façon de chérir le surréalisme et son rayonnement constitue une excitante promesse.

par Nicolas Bardot

Commentaires

Partenaires