Festival de la Roche-sur-Yon: Winter Brothers

Festival de la Roche-sur-Yon: Winter Brothers
Envoyer à un ami Imprimer la page Accéder au forum Notez ce film
Winter Brothers
Vinterbrødre
Danemark, 2017
De Hlynur Palmason
Scénario : Hlynur Palmason
Durée : 1h34
Note FilmDeCulte : *****-
  • Festival de la Roche-sur-Yon: Winter Brothers
  • Festival de la Roche-sur-Yon: Winter Brothers
  • Festival de la Roche-sur-Yon: Winter Brothers

Vinterbrødre (Winter Brothers) suit deux frères au travail pendant un rude hiver: leur quotidien, leurs habitudes, leurs rituels et la violente querelle qui les oppose à une autre famille.

UN CŒUR EN HIVER

Juste avant l'apparition du titre Winter Brothers, on peut apercevoir un plan énigmatique dans lequel deux personnages sont posés sur une sculpture de bois. Ce plan est directement inspiré d'une photographie intitulée Mountain de l'artiste islandais Sigurður Guðmundsson ; il s'agit d'une « sculpture vivante » qui établit un dialogue entre la nature et la culture. Ce plan-hommage dans Winter Brothers est court mais pas anodin, car il y a quelque chose de sculptural dans la façon qu'a l'Islandais Hlynur Palmason (lire notre entretien) de tailler le décor (sa forme, ses reliefs, ses creux), et d'en extirper quelques figures humaines dont les deux héros du film : les deux frères du titre.

Si la photographie de Sigurður Guðmundsson est au croisement de la culture et de la nature, Winter Brothers se place, et ce de manière passionnante, à l'intersection entre le narratif et l'abstraction. C'est le récit archétypal de deux frères certes (l'un, lunaire, semble d'ailleurs travailler sur la lune ; l'autre, plus beau et athlétique, est, lors d'une scène de nu, filmé comme une statue), mais il y a sans cesse une étrange tension qui suggère autre chose, une piste plus mystérieuse - Winter Brothers n'est jamais réductible à un sujet et c'est une qualité remarquable pour un premier long métrage. Dès les premiers instants, nous sommes plongés dans les ténèbres et le tumulte d'une mine, enveloppés par la noirceur de laquelle s'échappe les lumières des lampes-torches, enveloppés aussi par le bruit des wagonnets et des pioches, avant qu'une lumière rouge dramatique n'envahisse le cadre. Il y a immédiatement une force plastique qui se dégage de ce film : c'est aussi ce qu'on attend – ce qu'on espère – d'une première œuvre, à savoir un regard de cinéaste, une proposition esthétique forte.

Hlynur Palmason sait avec grand talent faire naître l'étrangeté par la forme, qu'il s'agisse du travail sur le cadre, les couleurs, la texture, et les ruptures. On est capté par ce no man's land quasi-entièrement blanc, il ne reste que le bleu passé des tenues de travail recouvertes de poussière calcaire. On observe les braises rouges d'un four comme à travers un étrange judas. Le travail formel de la directrice de la photographie danoise Maria von Hausswolff, tout comme le travail sonore et la musique de son compatriote Toke Brorson Odin, où les bruits composent une mélodie immersive, sont impressionnants. « Les gens normaux te regardent », lance un frère à l'autre, qui semble au bord de la rupture dans cet enfer blanc sans âge où l'on visionne encore des VHS. Si le film se termine (et ce n'est pas un spoiler) sur un tour de magie, ce n'est pas un hasard : au récit didactique (sur la fraternité, sur la différence, sur la violence sociale), Hlynur Palmason préfère l'expérience mystique qui n'exclue pas l'expérimentation d'un monde et, in fine, une expérimentation humaine.

par Nicolas Bardot

En savoir plus

Notre entretien avec le réalisateur Hylnur Palmason.
Winter Brothers est sélectionné cette semaine au Festival de la Roche-sur-Yon.

Commentaires

Partenaires