Berlinale: Retour à Montauk

Berlinale: Retour à Montauk
Envoyer à un ami Imprimer la page Accéder au forum Notez ce film
Retour à Montauk
Rückkehr nach Montauk
Allemagne, 2017
De Volker Schlöndorff
Avec : Nina Hoss, Stellan Skarsgärd
Durée : 1h46
Note FilmDeCulte : **----
  • Berlinale: Retour à Montauk
  • Berlinale: Retour à Montauk

Il y a un amour dans la vie, que tu n'oublies jamais, peu importe à quel point tu essaies. L'écrivain Max Zorn arrive à New York pour promouvoir son dernier roman. Sa jeune femme Clara l'a précédé de quelques mois pour contribuer à la parution du livre aux Etats-Unis. Dans son roman, Max raconte l'échec d'une passion dans cette ville, il y a 17 ans. Presque par hasard, il revoit Rebecca, la femme en question. Originaire d'Allemagne de l'Est, elle est devenue entre temps une brillante avocate et vit depuis 20 ans à New York. Ils décident de passer encore une fois un weekend ensemble. C'est l'hiver à Montauk, le petit village de pêcheurs au bout de Long Island. Deux transats vides, face à l'océan. Ils attendent deux personnes qui s'étaient perdues pendant très longtemps. Maintenant ils reviennent à Montauk, plein d'espoir et de regrets sur une vie commune manquée.

C'EST UN BEAU ROMAN, C'EST UNE BELLE HISTOIRE

Un réalisateur respecté (Volker Schlöndorff), un grand auteur adapté (le Suisse Max Frisch), la meilleure actrice allemande d'aujourd'hui (Nina Hoss) : la présence en compétition à la Berlinale de Retour à Montauk semble aller de soi. Pourtant, en regardant Montauk, on a sans cesse l'impression de voir l'une de ces productions lisses et très mainstream qui remplissent la case Berlinale Special - ce n'est pas nécessairement un compliment. Retour à Montauk raconte l'histoire d'un écrivain réputé qui vient à New York pour faire la promotion de son nouveau roman. Ce sera l'occasion pour lui de revenir sur son passé, ses regrets et ses amours manquées.

On peut reconnaître à Retour à Montauk son désir casse-gueule et finalement assez inédit de dépeindre une romance très premier degré entre deux personnages qui ont passé l'âge des flirts extatiques. Le film fait davantage grincer des dents lorsque le ton devient plus mièvre et artificiel, notamment en raison d'une patine générale très soap opera. Retour à Montauk avance, glisse, mais semble toujours assez superficiel, sans profondeur d'écriture, sans complexité. Il gagne légèrement en aspérité lors d'un dernier tiers où le héros est malmené, où à l'esprit brillant laisse place un homme finalement égoïste, veule, infantile. Malgré la qualité du cast (Stellan Skarsgard et Nina Hoss en tête), Retour à Montauk, de nid bourgeois cossu en palace so fancy, reste trop confortable pour être mémorable.

L'Oursomètre: Lisse et anecdotique, Retour à Montauk est probablement le film de la compétition qui a le moins de chance de figurer au palmarès.

par Nicolas Bardot

Commentaires

Partenaires