TIFF 2018: Life Guidance

TIFF 2018: Life Guidance
Envoyer à un ami Imprimer la page Accéder au forum Notez ce film
Life Guidance
Autriche, 2017
De Ruth Mader
Durée : 1h41
Note FilmDeCulte : ****--
  • TIFF 2018: Life Guidance
  • TIFF 2018: Life Guidance

Alexander travaille dans le domaine de la finance. Il a une très belle femme, Anna, un très bel enfant, Franz, et une maison toute aussi belle, le tout dans un contexte glacial, robotique, où on peut dire « je t’aime » sans aucune émotion...

LA VIE MODE D'EMPLOI

« Je t'aime » : Life Guidance s'ouvre par des mots d'amour échangés tendrement au lit. Mais juste auparavant, le générique du film sous influence de Saul Bass et la menace que celui-ci installe donnent une autre sonorité à cette première scène sentimentale. Découverte il y a bientôt 15 ans à Un Certain Regard avec son drame Struggle, l'Autrichienne Ruth Mader signe son deuxième long métrage de fiction, une dystopie SF dans laquelle une sorte d'agence de classification installe des cordons sanitaires entre les citoyens valables et les plus précaires qui méritent de vivre comme anesthésiés.

Très vite dans Life Guidance, une chanson en forme de slogan est ânonnée faux par une chorale de gamins. C'est au spectacle de cette société déshumanisée jusqu'à l'absurde tension comique que la réalisatrice nous convie. Humour absurde oui, car même si la tonalité de Life Guidance est celle d'un drame de science-fiction, l'apathie des plus faibles semble commune à celle des fantômes grisâtres d'un Roy Andersson. Le personnage principal de Life Guidance est néanmoins un privilégié, dont la position peut certes vaciller, mais qui va peu à peu se préoccuper de l'« autre » monde. Ce protagoniste est interprété avec charisme par Fritz Karl, sorte de mélange autrichien de Colin Firth et de Louis-Do de Lencquesaing, et qui se tire d'un rôle aux émotions réprimées.

La SF de Mader n'est pas un grand spectacle sons et couleurs. Mais sa fine utilisation de minimalisme, par son usage des couleurs ou par ses cadres dépouillés en quelques grandes lignes, parvient toujours à suggérer un futur sans flirter avec le kitsch. L'exploitation des décors est remarquable dans l'atmosphère au bord du réel dans laquelle baigne le long métrage. C'est, au-delà de l'allégorie politique, un film de genre efficace, dont le dénouement ambigu ne ménage pas son héros, ses certitudes, sa bonne conscience – comme celle des spectateurs. « Je t'aime » : une déclaration qui semble ici vidée de tout sens dans cette société lointaine, glaciale, et si proche.

par Nicolas Bardot

En savoir plus

Life Guidance est diffusé cette semaine au Transilvania Film Festival qui est à suivre en direct sur FilmDeCulte.

Commentaires

Partenaires