Grand Prix la Roche-sur-Yon: Have a Nice Day

Grand Prix la Roche-sur-Yon: Have a Nice Day
Envoyer à un ami Imprimer la page Accéder au forum Notez ce film
Have a Nice Day
Hao ji le
Chine, République populaire de, 2017
De Jian Liu
Durée : 1h17
Note FilmDeCulte : *****-
  • Grand Prix la Roche-sur-Yon: Have a Nice Day
  • Grand Prix la Roche-sur-Yon: Have a Nice Day
  • Grand Prix la Roche-sur-Yon: Have a Nice Day
  • Grand Prix la Roche-sur-Yon: Have a Nice Day
  • Grand Prix la Roche-sur-Yon: Have a Nice Day

Dans une petite ville du sud de la Chine, Xiaozhang dérobe une forte somme d'argent à son patron et pense que celle-ci va l'aider à sauver sa relation avec sa fiancée. Il se retrouve poursuivi suite à son vol...

PRENDS L'OSEILLE ET TIRE-TOI

Au cour d'une nuit agitée, un sac volé contenant un million de yuans va passer de main en main, attirant la convoitise de plusieurs gangsters et autres pigeons, qui vont tous tenter de saisir leur chance de se venger d'un quotidien amer et violent. L'argent qui rend fou, voilà le cœur de Have a Nice Day, film d'animation féroce venu de Chine. Dans une ville anonyme recouverte de béton, de routes désertes ou d'hôtels minables, les signes du pognon-roi sont partout: des slogans publicitaires en néons aux discours politiques entendus à la radio. Quand les personnages rêvent d'un éventuel Eldorado (lors d'une scène chantée hilarante) celui-ci prend les traits d'un vieil idéal communiste perverti par un consumérisme capitaliste. Les slogans politiques d'antan sont devenus des chansons pop gentiment écervelées.

Peuplé de gangsters poètes, de femmes fatales et de jeunes requins, Have a Nice Day est une drôle de comédie noire à la fois très référencée (avec de nombreux clins d’œil amusés à la culture virile américaine, de Rocky au Parrain) et ancrée dans le portrait d'une Chine contemporaine au bord de l'implosion. Le style visuel choisi par Liu Jian, qui prend volontairement ses distances avec le réalisme, accentue l'ironie jubilatoire de l'ensemble. D'une manière pas très éloignée des déformations grotesques des films animés de Yeun Sang-Ho, les traits sont ici caricaturaux, reflets des attitudes des personnages rendus mabouls par le fric (qui partagent d'ailleurs la peau grise des zombies de Seoul Station, tiens tiens). Comme les personnages d'un cartoon macabre, ils se relèvent toujours malgré les blessures les plus violentes, foncent droit dans le moindre mur, au propre comme au figuré.

L'ensemble, aux couleurs très vives, file vite et fort, au rythme d'une musique entraînante et zinzin. Film noir, farce politique et film d'animation en même temps, Have a Nice Day prouve encore une fois que le jeune cinéma chinois est l'un des plus surprenants et excitants du moment.

par Gregory Coutaut

En savoir plus

Have a Nice Day est sélectionné cette semaine au Festival de la Roche-sur-Yon.

Commentaires

Partenaires