Asia Argento

Asia Argento
Envoyer à un ami Imprimer la page Accéder au forum
Réalisatrice, Scénario, Actrice
Italie
  • Asia Argento
  • Asia Argento
  • Asia Argento
  • Asia Argento
  • Asia Argento
  • Asia Argento
  • Asia Argento
  • Asia Argento
  • Asia Argento

Passée incognito dans deux petites productions de son père Dario (Demons 2 et 3), la belle Asia Argento n'a que quatorze ans lorsqu'elle tourne son premier film avouable, Palombella Rosa de Nanni Moretti. Son véritable charisme est alors remarqué et personne ne doute du potentiel de l'actrice... Nous sommes pourtant loin du compte. Car en devenant l'égérie du cinéma indépendant et en refusant de se limiter aux frontières de son pays natal (l'Italie), Asia Argento est également devenue l'une des figures incontournables du cinéma mondial.

C'est son père qui la lance véritablement et définitivement. Adulé par ses fans, cherchant désespérément le succès depuis quelques années, Dario Argento tente de revenir au genre qui l'a fait connaître, le giallo, avec Trauma, dans lequel il fait pour la première fois tourner sa fille. Nouvel échec critique et public pour le cinéaste, mais premières bonnes critiques pour Asia adulte. La reconnaissance arrive, les propositions aussi. Patrice Chéreau la remarque et l'engage pour un rôle important de son excellent Reine Margot Donnant la réplique à Adjani, Anglade, Auteuil, etc., l'actrice est superbe mais passe quelque peu inaperçue. Il lui faut autre chose, des castings qui tournent autour d'elle, des films qui existent avant tout par elle. Sa forte personnalité, son physique si particulier ne peut se satisfaire d'autre chose.

C'est une fois de plus son père qui vient à la rescousse, grâce à un film qui laisse un temps l'espoir de le voir revenir à ce qu'il savait faire de mieux: des chefs d'oeuvre. Le Syndrome de Stendhal est un film hallucinant de beauté, d'angoisse, d'intelligence. Asia y est parfaite et le côté scandaleusement incestueux du film (Asia se dévoilant devant les caméras de son père) ajoute à sa légende. Asia devient une star, elle fait la une des magazines et se fait un prénom sans la moindre difficulté. Mais fait malheureusement l'erreur de tourner pour le médiocre Michael Radford pour un B. Monkey qui ne sort que quatre ans plus tard. Et a la malchance d'arriver trop tard dans l'œuvre d'un Abel Ferrara abandonné depuis longtemps aux films d'auteur chiants et sans intérêt. New Rose Hotel se plante, mais ajoute paradoxalement à sa popularité, la promotion du film se faisant autour d'elle. Ajoutons que ses formes sont systématiquement montrées par des cinéastes aussi pervers que Ferrara ou que son père, et que les situations dans lesquelles ils la mettent n'ont pas vraiment l'air de la déranger... Ça tombe bien, ça ne nous dérange pas non plus.

Après un Fantôme de l'Opéra oscillant entre le chef d'œuvre absolu et le ridicule le plus infâme, dans lequel Argento montre une fois de plus l'amour macabre qu'il porte à sa fille, Asia Argento décide de passer le cap de la réalisation. Elle s'attèle au tournage de Scarlet Diva, petit film ayant créé un mini événement, une fois de plus axé avant tout sur la personnalité de l'actrice réalisatrice plutôt que sur les qualités intrinsèques du métrage. Bien lancée dans sa carrière, Asia Argento a néanmoins le défaut de n'avoir pour le moment pas fait de véritable chef d'œuvre (hormis Le Syndrome de Stendhal) et d'avoir vu les journalistes et le public s'intéresser un peu plus à sa plastique qu'à son talent. Tant pis pour eux, ils ne savent pas ce qu'ils manquent!

par Anthony Sitruk

Commentaires

Partenaires